Mesurer ses progrès en couture 1/2

Hello,

En cette fin d'année, c'est l'heure des bilans...
Vous l'avez sans doute remarqué, je suis une couturière débutante, et surtout auto-didacte. Je n'ai jamais pris de cours, et mis à part pour l'enfilage du fil sur la machine, personne ne m'a jamais aidée. J'ai bien une tante qui aurait pu me donner un petit coup de main, mais finalement, l'occasion ne s'est pas présentée. Du coup, j'apprends surtout de mes erreurs!
D'où le fait aussi que je couse souvent chaque patron par série de 2, comme vous n'avez pas manqué de noter ces derniers mois! Et si je ne réalise officiellement jamais de toile, finalement en pratique, il y a bien souvent une version d'essai et une version plus aboutie. Même si au bout du compte ce n'est pas toujours la deuxième version que je préfère (c'est le cas pour mes Xéréas, dont je préfère largement la première par exemple).


Cependant, j'ai eu dernièrement l'opportunité de me rendre compte de mes progrès sur le long terme... Allez, je vous raconte tout!



Au printemps dernier, j'avais acheté deux patrons mlm de Marisa: le sweat Le Confortable, et la blouse L'Indécise. Mon Confortable a été cousu immédiatement, et a été cousu à nouveau plusieurs fois, pour moi et pour mon entourage, mais je ne les ai pas blogués- vous pouvez en apercevoir un ici.
Par contre l'Indécise a eu un destin plus... indécis. J'avais trouvé un tissu chez Mondial Tissus qui me plaisait beaucoup, une viscose fleurie très légère (et très très froissable). Qui s'est avérée tellement filante que j'ai acheté une bombe à amidonner juste pour elle, car rien que la couper a été une épreuve. Le projet avait donc bien démarré, et puis... je ne sais pas pourquoi, il est passé aux oubliettes. Un autre patron a dû prendre le dessus, et celui-ci s'est retrouvé reporté aux calendes grecques! Je pense que la patte de boutonnage et le col me faisaient aussi un peu peur.


J'ai décidé de le reprendre cet automne, car je trouvais vraiment dommage d'abandonner ce joli tissu et ce chouette modèle. Je ne me rappelais pas du tout de ce que j'avais fait, donc je l'ai repris tel qu'il était, en l'état.

Liebster Award: Je révèle tout!


Hello!

J'ai été nominée par Tamia (allez donc faire un tour chez elle!) pour participer aux Liebster Awards. En réalité, j'avais même déjà été nominée par Nerdy Needles il y a quelques mois, mais, honte à moi, je n'avais pas pris le temps de répondre...
Du coup, pour me faire pardonner, j'ai décié de tout vous révéler!


Impatiente: quand la moutarde monte au nez


J'avoue, je me suis amusée avec le titre. :)

Après un petit passage à vide blogesque et créatif, me voici de retour pour vous présenter ma deuxième version de l'Impatiente de mlm, puisque si vous avez l'habitude de me suivre, vous avez dû vous apercevoir que, lorsque j'apprécie un patron, je le couds souvent en série!

Automne, citrouille, tricot

Hello!

Comme promis, aujourd'hui, je montre ma tête! (teasing de folie! :P)

Article qui inaugure également une nouvelle rubrique: tricot!

Et oui, la couture ne me suffisait plus... La tendance tricot est très présente depuis quelques années en parallèle de la couture, et de plus en plus de blogueuses couture se mettent aussi au tricot, ce qui m'a donné très envie aussi. Ajoutez à cela que ça tricote aussi pas mal dans ma famille... comment pouvais-je résister?



Commeje l'avais déjà expliqué, je m'étais déjà un peu essayé au tricot à l'adolescence, mais mais mais... projet à peine commencé vite abandonné.
Du coup pour cette reprise, j'ai décidé de ne surtout pas suivre les conseils (bien intentionnés, mais contre-productifs) “t'as qu'à faire une écharpe, tiens regarde, j'ai un vieux bout de laine qui traîne.” Euh, sorry, non merci. Je savais très bien qu'il me faudrait un projet motivant pour que j'aille au bout, et que j'attrape éventuellement le virus du tricotage en cours de route. Donc, après avoir lancé l'idée, ma mère m'a offert à Noël dernier (merci maman!) un petit kit (composé par ses soins, il ne d'agit pas d'un kit tout prêt) à partir d'un modèle de snood Phildar pour débutants que j'avais repéré sur Pinterest: modèle, laine chinée super jolie et aiguilles 8. Plus une heure de coaching maternel pour que je me lance ;) Le geste est vite revenu: c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas!

Parisian Burgundy Ultimate Shift Dress (keskidi?!)

Hello!

[Edit: Article sélectionné en Créa-Déco sur Hellocoton, je n'suis pas peu fière ;) ]

Déjà de retour pour vous présenter le deuxième (et dernier) vêtement photographié lors de notre escapade à Paris. So Chic! de dire “escapade”! En vrai, petite virée entre copains.
Les photos ont été prises en bord de Seine, quelque part dans le 5ème, ne me demande pas où! Le dimanche matin, malgré leurs ventres qui criaient famine (c'est ma faute en plus, c'est moi qui ai dit “allez, on n'a qu'à descendre cette rue!” et on n'a pas croisé de boulangerie avant 1/2h de marche...), les copines ont à nouveau accepté de faire quelques photos, merci et gros bisous les filles!



Bon, le patron maintenant, c'est peut-être bien ce qui vous intéresse!

Tellement Impatiente!

Hello!

Voilà déjà un certain temps que je n'ai pas publié ici, d'autant plus d'articles couture, et pourtant, j'ai cousu intensivement durant le mois de septembre. J'ai 4, bientôt 5 cousettes automnales à vous montrer!
Mais j'ai manqué de temps pour écrire, et surtout, j'ai profité d'un petit weekend la semaine dernière dans la capitale pour faire des photos ailleurs que dans mon jardin!
#lesauvergnatsàParis 

 

Après un état des lieux de ma garde robe hivernale, il s'est avéré que je manquais de hauts, je me suis donc tournée vers ma créatrice de hauts préférée, j'ai nommée Marisa de mlm!

Et voici donc ma première version de l'Impatiente, en crêpe blanche achetée chez Mondial Tissus au printemps.

Road Trip en Irlande #3: Le Kerry, coup de coeur!


Hello


Enfin, enfin, après avoir visité Kilkenny, puis fait un aparté médiéval sur la route, nous avons enfin rejoint le Kerry, mon coup de coeur absolu de ce voyage en Irlande!


Nous avions loué une maison (semi-detached) dans un quartier résidentiel de la petite ville touristique de Kenmare, à la pointe du bras de mer entre deux péninsules sur l'océan Atlantique. Cette maison a beaucoup plu à notre équipée, et à ma camarade de chambre en particulier, car elle avait l'architecture typique des îles britanniques, c'est à dire un couloir face à la porte d'entrée, avec accès à gauche au salon, puis à la salle à manger en enfilade, elle même communiquant avec la cuisine qui se trouve au bout du couloir, un escalier droit à droite face à la porte, et... un placard sous l'escalier! On a bien guetté la trappe de la boîte aux lettres sur la porte, mais aucune lettre d'Hogwarts/Poudlard à l'horizon...


Hello


On nous avait dit qu'il y avait un micro-climat dans ce petit coin de verdure irlandais, et cet été-là a même surpris tout le monde, avec plus de 25°C, un soleil vif et des coups de soleil certains jours!


Nous avons fait beaucoup de voiture ces jours-là, mais ça valait le coup.
Les routes d'ailleurs, je vous en parlais déjà dans le premier article dédié à ce voyage, mais c'est vraiment dans cette région que cela prend tout son sens.
Pour accéder à la côte, il faut emprunter de toutes petites routes, et avec l'humidité et le soleil, la nature s'en donne à coeur joie, et devient... envahissante! Pour vous donner une idée, on se retrouve souvent sur des routes déjà très étroites, avec des murs de verdure et de fleurs de chaque côté! Ne pas frôler les branches est inenvisageable, et croiser presque impossible. Mais passée l'angoisse du “mais comment on va faire, je ne veux pas faire de marche arrière avec ce paquebot!!”, on comprend que les autochtones (et par imitation les quelques étrangers perdus, comme nous) sont très prévenants et avenants. Il suffit d'anticiper en se rangeant sur le côté dès qu'il y a un dégagement - si on aperçoit une voiture arriver en face- ou bien passer vite si c'est l'autre qui a un dégagement de son côté. Puis on se remercie d'un signe de la main et d'un sourire. Tout ceci développe la sociabilité et la politesse. Gare à celui qui oublie ce petit geste, nous sommes très vite devenus exigeants: il était immédiatement taxé de crétin malpoli!

Pour revenir à nos moutons, nous avons d'abord fait le “Ring of Beara”, le tour de la péninsule de Beara, la plus au sud, où nous avons justement eu le plaisir de trouver des moutons en quasi-liberté qui déambulaient sur la route. Il faut dire qu'à part nous et un camping-car hollandais, il n'y avait pas grand monde pour les déranger! Nerdy Needles a bien essayé de les approcher, mais ils ont préféré se carapoter dans les rochers :D
Nous aurions bien aimé prendre le téléphérique pour rejoindre Dursey Island, mais bien que nous ne soyons pas arrivés si tard, tous les passages étaient déjà réservés, donc pensez à arriver tôt si cela vous intéresse.

Ensuite, nous avons fait le “Ring of Kerry”, puis le “Ring of Dingle”. Il me faudrait 15 articles pour détailler tout ce que nous avons vu... Je me contenterai donc de vous dire que c'est une région magnifique, entre verdure, mer qui développe toutes les teintes de bleu, côtes découpées avec tantôt des falaises impressionnantes, tantôt des prés qui descendent jusqu'à l'océan, et des petits villages colorés et ravissants où nous avons très bien mangé, à la grande surprise de tous les autres, qui s'attendaient à manger mal (préjugés quand tu nous tiens...) pendant 2 semaines.
















Enfin, nous nous sommes rendus en direction de Killarney et de ses lacs. Il y a plusieurs points de vue, mais le plus impressionnant reste le “Ladies View”, nommé ainsi après le passage de la reine Victoria accompagnée de ses dames, qui ont particulièrement apprécié le paysage. En effet, on aperçoit en enfilade un dédale de lacs et de montagnes. Sous le soleil, c'était magnifique, ça appelle à la contemplation.
Ensuite nous avons rejoint le domaine de Muckross en bord de lac, avec son ancienne abbaye (où mon esprit s'est échauffé comme celui de Catherine Morland dans Northanger Abbey ;) ), et la maison des maîtres, Muckross House. On ne peut accéder à la maison qu'à travers les visites guidées. Il m'a fallu quelques minutes pour m'adapter à l'accent irlandais, vraiment prononcé, de notre guide, mais ensuite ce fut vraiment sympa. On se serait cru à Downton Abbey! J'ai particulièrement apprécié la visite du sous-sol des domestiques, avec toutes les cloches pour les “sonner”, justement, ou encore le quartier des enfants, avec leur escalier avec de toutes petites marches! Vraiment instructif, le guide a insisté sur le côté ségrégationniste de l'architecture même de la maison: les pièces réservées aux femmes, et celles réservées aux hommes, le monde des adultes et celui des enfants, le quartier des domestiques, qui se déplacaient, invisbles, dans toute la maison, et l'espace des maîtres, préservé de toute contingence matérielle. Malheureusement, pas de photo autorisée à l'intérieur...










  (tu vois mes petits bras dans mes lunettes?! :P )









Un magnifique parc parfait le domaine, et bien sûr, à nouveau, si vous avez le temps, de nombreux chemins de randonnées font le tour du lac et traversent le parc national du Killarney.

C'est avec un pincement au coeur que nous avons quitté ce coin enchanteur pour rejoindre le Connemara, avant dernière étape de notre périple irlandais...

A bientôt!


Rendez-vous sur Hellocoton !

Road Trip en Irlande #2: Sur la route du Kerry



Hello


Après deux jours à Kilkenny (retrouvez la première partie de ce périple ici), nous avons à nouveau pris le bateau, pardon, la Mondeo, afin de rejoindre le Kerry, cette région magnifique, entre verdure et côtes découpées, qui bénéficie d'un micro-climat très agréable.

Le trajet en lui-même a été optimisé, et nous avons fait deux étapes, à thème “ruines médiévales”.


Tout d'abord, le Rock of Cashel, résidence des rois du Munster de 370 à 1101.
Selon la légende, c'est là que Saint Patrick aurait baptisé le roi Aengus en 450. Mais si, vous connaissez Saint Patrick, c'est celui qui a donné son nom à la fête irlandaise le 17 mars! Bon, et bien avant d'être le symbole de la bière, des leprechauns barbus et de la couleur verte, Saint Patrick aurait été le prêtre qui a christianisé l'Irlande (et chassé les serpents de l'île, sympa Patrick). Et c'est là que l'on voit que l'association Saint Patrick / excès de bière n'est pas totalement improbable... A nouveau selon la légende, ce maladroit aurait accidentellement blessé Aengus en lui plantant sa crosse dans le pied. Ce dernier, peu au fait des rites chrétiens, a cru qu'il s'agissait du protocole, et n'a pas osé protesté!

Mis à part cette petite anecdote, il s'agit d'un château médiévale, partiellement en ruines et partiellement rénové. Il se situe au sommet d'une colline rocailleuse, ce qui lui donne un côté sauvage, brut, authentique. Il est entouré d'un petit cimetière avec de très belles croix celtiques, très paisible. De là-haut, on aperçoit une abbaye en ruine, c'est très romanesque tout ça... Plusieurs chemins de balades et randonnées passent par là, je pense que ça vaudrait le coup, la campagne est très agréable.
Il s'agit d'un lieu très touristique, mais sincèrement je n'ai pas été gênée par le monde, il y a suffisamment d'espace pour que chacun déambule librement. Il faut quand même débourser 7€ pour l'entrée du château, et payer le parking, mais c'est pour la rénovation de ce bâtiment historique, donc ça me dérange moins. Prenez une petite collation dans le jardin du café en contrebas du parking, il est charmant, avec toutes ses fleurs qui attirent les oiseaux.









Pour continuer notre tournée des châteaux médiévaux, après un bout de route, nous sommes allés à Cahir (prononcer Cair). Il s'agit d'une petite ville colorée au bord de la rivière Suir. Cette fois-ci, le château est protégé par l'eau, puisqu'il a été construit sur une petite île. Il est en meilleur état que le précédent, plus rénové, et aménagé que le précédent, et s'il est intéressant afin de comprendre le mode de vie des habitants, il perd le côté romanesque-imaginaire-château hanté du Rock of Cashel.
Cependant, si l'on est intéressé par la période médiévale d'un point de vue historique, il vaut le coup. Une vraie pédagogie a été développée: une vidéo (alternativement en anglais, français et allemand si ma mémoire est bonne) explique les différents types de châteaux-forts médiévaux, et leurs représentations en Irlande, et relate brièvement l'histoire du château. Dans une grande salle, une grande maquette interactive permet de suivre étape par étape une attaque qu'a subi le fort en 1599, et différents panneaux explicatifs éclairent sur le mode de vie des habitants au cours du Moyen-Age.
A nouveaux, plusieurs chemins de promenade et/ou randonnée sont indiqués, dont notamment un qui longe la Suir pour rejoindre le “Swiss Cottage”, le “cottage romantique”, gentilhommière de Richard Butler, 10e baron de Cahir, construite au 19ème siècle, qui est apparemment parfaitement pittoresque! (Mais je ne peux en témoigner moi-même...)









Après encore quelques heures de route, nous avons rejoint le Kerry et la ville de Kenmare, qui se situe à la pointe du creux entre deux péninsules, mon étape préférée du voyage...

A bientôt pour la suite!


PS: spécial dédicace à Amandine ;)



Rendez-vous sur Hellocoton !