Featured Slider


Hello

Après un weekend de couture intensive, et une après-midi de soleil pour prendre les photos, je peux enfin vous montrer mon Botanic Trousers de Pauline Alice.

Il s'agit de l'un des trois patrons de sa dernière collection, et pourtant je suis plutôt du genre à avoir besoin de recul, et je crois que je n'ai jamais cousu un patron à sa sortie. Celui-ci est donc l'exception qui confirme la règle! Bon je dois être honnête, on ne peut pas dire qu'il vient juste de sortir... mais malgré mes recherches, je n'ai trouvé que deux autres versions de ce patron sur la blogosphère couture (même si on peut en trouver quelques autres sur instagram): la version plutôt hivernale d'Anne sur Un Chas Un Chas, et la version allongée en pantalon de Céline d'Aiguille Coupon Ciseaux.
Donc c'est unique c'est exceptionnel, je fais partie du top 3 :D

Pour en revenir au patron, c'est une jupe culotte très large, d'inspiration japonisante.

Il est classé niveau débutant, et c'est vrai. Il est en effet très facile à coudre, d'une part car la construction est extrêmement simple (la taille est élastiquée, pas de fermeture éclair, pas de braguette), et d'autre part car la largeur du modèle fait qu'il ne demande pas à être parfaitement ajusté à la morphologie de chacune comme un pantalon classique pourrait l'être.
L'emplacement de l'entrejambe et la largeur des hanches peuvent être un peu aléatoires, cela n'enlève rien au modèle, qui garde son charme en toutes circonstances.

Personnellement, comme je suis (bien) plus petite que la taille standard prévue, j'ai choisi d'enlever plusieurs cm au niveau du bassin.
Il n'y a pas de ligne prévue pour raccourcir ou rallonger à cet endroit, ce qui est un peu dommage, mais il y a deux repères, sur les pièces devant et dos. J'ai tracé ma propre ligne à équidistance entre ces deux repères, coupé, et fait coulisser les pièces obtenues l'une sur l'autre, afin d'enlever 6 cm. J'ai dû redessiner la fourche également. J'ai montré cette étape sur instagram.

Sinon, j'ai encore une fois voulu soigner les finitions intérieures, donc j'ai fait des coutures anglaises pour la couture des deux jambes, mais je n'ai pas pu le faire pour les poches et la ceinture.
D'ailleurs c'est le seul point qui m'a donné un peu de fil à retordre: la ceinture, le thermocollant et l'élastique. Fixer le tout est un peu ch***t, même si ce n'est pas foncièrement compliqué. Pour information, mon élastique était un peu trop élastique, et je l'ai trouvé trop lâche à l'essayage, j'ai donc décousu la ceinture, recoupé l'élastique et l'ai recousu. Vérifiez donc bien l'élasticité du vôtre avant.

Sur le coup, j'étais un peu dubitative, Chéri-poulet a refusé de se prononcer (la Suisse... ou un homme d'expérience? :D) Mais lorsque je l'ai remis pour de bon pour faire les photos, avec le bon haut et les bonnes chaussures, le coup de foudre!

Cette chose est fluide et vaporeuse, et ce grâce à cette belle viscose bordeaux, qui ondule dans le vent, camoufle les rondeurs, et donne du mouvement. Elle n'est pas faite pour rester statique, elle est d'une douceur, il faut la voir virevolter, c'est une merveille! Il faut absolument que je demande à quelqu'un de me filmer la prochaine fois, que je puisse vous montrer. Je ne sais pas si le rendu sera identique à ma sensation, mais de toutes façons je m'en fiche, je l'adore!

C'est donc parti pour les photos! Pas de gros plans (j'en mettrai quelques uns sur instagram) car il m'a vraiment semblé que tout l'intérêt, c'était de voir cette jupe culotte "vivre".
Au début, j'ai fait un essai avec des converses, mais non, le côté relax, ça ne marche pas ici: il faut des talons!














J'espère que cela vous aura permis de vous faire une idée de ce patron, moi en tous cas je suis totalement convaincue, vivement qu'il fasse chaud cet été!

Est-ce qu'une jupe culotte vous tenterait du coup? C'est vrai que c'est un peu surprenant au début, mais on en voit de plus en plus dans les magasins de prêt à porter!

A bientôt!




Si vous n'avez pas le temps d'écrire un mot, laissez-moi un petit coeur. 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Mais si vous avez le temps, je vous repondrai avec plaisir en commentaires!

Une merveille de fluidité: le Botanic Trousers de Pauline Alice




Hello
Un petit article "organisation" cette semaine!
Vous êtes peut-être comme moi, et si c'est le cas, lorsque vous commencez de nouveaux projets, vous avez envie de tout planifier :)
Vous tenez peut-être un bullet journal, mais bien que j'aie essayé, je n'ai jamais tenu ce système, et je suis définitivement dans la team planner!

On trouve de très jolis inserts sur etsy ou sur des petites boutiques en ligne (j'adore Minigougue notamment), mais cette fois, j'ai préféré créer les miens.
Du coup, j'ai eu envie de les partager avec vous également!

Ils sont bien sûr gratuits, mais à usage privé uniquement (interdiction de les redistribuer, modifiés ou non, sous quelque forme que ce soit).

J'ai donc créé des pages mensuelles, des pages de semaines sur 2 pages encadrées d'une fiche "Oh la belle semaine!" pour noter ses objectifs, et une liste à compléter avec les petits bonheurs de la semaine. Pour les journées très chargées, vous trouverez une page individuelle avec spiraldex pour mieux visualiser le découpage de votre journée. Et enfin, j'ai imaginé tout un tas de feuillets individuels: "to do lists", "listes des envies", "notes", ainsi que des fiches "objectifs", "projets" et "idées brillantes".









Pour faciliter l'impression, j'ai choisi de créer 2 pages A5 sur chaque feuille A4, avec une ligne de démarcation au milieu, sur laquelle découper (les marges pour les anneaux sont comprises).
Les feuilles sont pointillées afin de faciliter l'écriture, tout en permettant également de dessiner, de faire des tableaux, des schémas, tout ce qui peut vous être utile.
J'ai hésité à mettre de la couleur, à ajouter une frise décorative ou des motifs, mais finalement je suis restée sobre: chacun pourra donc faire à sa façon, décorer ses inserts avec ses couleurs préférées et abuser de masking tape ou bien garder la sobriété et l'aspect épuré du noir et blanc.
J'ai également souhaité créer quelque chose de totalement adaptable: à vous de choisir si vos fiches "objectifs" seront recto/ verso, ou si on trouvera plutôt un feuillet "notes" au verso, ou bien encore une simple feuille pointillée... L'inconvénient, c'est que vous aurez du coup un peu de manipulation à faire pour l'impression, mais ça se fait ;)


J'espère que ces inserts vous plairont et vous seront utiles!
Dites moi si vous les téléchargez, et montrez les nous sur Instagram  avec #plannerdltdj si vous les utilisez! :)

Télécharger le semainier Dans les tiroirs de Jul

Télécharger les listes et pages de notes Dans les tiroirs de Jul

Télécharger les inserts des journées avec spiraldex Dans les tiroirs de Jul

Télécharger les inserts mensuels Dans les tiroirs de Jul

Télécharger les inserts de projets Dans les tiroirs de Jul

Propriétés de l'auteure de ce blog.
Inserts à USAGE PRIVE et PERSONNEL, interdiction de les redistribuer, modifiés ou non, sous quelque forme que ce soit, de façon gratuite ou payante.


Si vous n'avez pas le temps d'écrire un mot, laissez-moi un petit coeur. 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Mais si vous avez le temps, je vous répondrai avec plaisir en commentaires!

{Free Printable} S'organiser avec des inserts Planner A5



Hello


De retour pour un article sous la pluie en ce joli (humhum...) mois de mai.

En réalité, il s'agit de mon projet d'avril du défi #jecoudsmagarderobecapusle2017 (tous mes projets prévus sont rassemblés ici) que je n'ai malheureusement même pas pu encore porter, car il s'agit d'une petit blouse à volant toute fine.

Je ne sais pas comment vous vivez ce printemps, mais ici, après 2 belles semaines début avril, c'est la débandade... Je déteste ce temps: le ciel est dégagé et il gèle le matin, puis la météo se détériore au fil de la journée, jusqu'à obtenir un temps grisâtre lorsque la journée de travail est finie. En résumé: pas de soleil en journée, très froid le matin, trop chaud l'après-midi. Bon, si je veux rester positive, la nature est toute jolie parée de rosée à 7h30. Et puis... c'est tout. Et pour s'habiller c'est la plaie. (Je vous ai dit que la météo influençait vraiment mon humeur? ;) )

Enfin, après cette petite parenthèse météorologique, revenons à la couture!



Encore un patron Eglantine et Zoé, dont j'aime beaucoup le style. J'attendais d'ailleurs une sortie de patrons printemps/été de leur part, mais ils n'ont sorti que des nouveaux tissus, j'avoue que je suis un peu déçue.
Ce patron, comme celui de la Galipette (avec lequel j'ai réalisé une robe et une blouse), se décline lui aussi en robe ou en top.
Il s'agit d'une robe relativement droite avec un volant. Il existe de nombreux patrons sur ce modèle, mais ce qui m'a séduit chez la Vagabonde, ce sont ses pinces qui cintrent légèrement la taille, pour un rendu plus seyant. Malgré tout, la coupe reste relativement loose, ce qui permet de l'enfiler sans ouvrir l'encolure dos ou coudre une fermeture éclair.

J'ai choisi pour cette cousette un tissu Atelier Brunette, une viscose légère et délicate. J''avoue, le motif a été vu et revu chez les couturières, mais comme personne ne coud dans mon entourage, je reste originale! ;) 
Ces tissus sont un peu chers, c'est pourquoi je les réserve aux tops et modèles nécessitant peu de tissu. Mais en même temps, l'intérêt de coudre pour soi est aussi d'avoir des vêtements qui sortent de l'ordinaire, et si j'ai plein (et je les apprécie beaucoup!) de hauts blancs, j'aime aussi pouvoir varier les motifs.

Je suis partie sur une taille 36, mais pour une version blouse, j'aurais peut-être même pu tracer un 34 (j'ai repris mes mesures, j'ai encore perdu de la poitrine. Dommage. Si seulement mon fessier pouvait fondre aussi vite! :D )

Je n'ai pas "coupé" le patron pour raccourcir le haut sur la ligne de taille, mais je le ferai peu-être si je couds une nouvelle version, car je trouve que la basque est un peu basse. Cependant, grâce aux motifs, le volant se fond assez bien dans l'ensemble, et on le remarque assez peu finalement. J'ai vraiment limiter les fronces, je ne voulais pas trop de bouffant sur mon bidon, mais je sais que la basque est là, et elle donne du mouvement à ce haut.






Je voulais des finitions très nettes, d'autant que le tissu a tendance à s'effilocher, alors j'ai fait des coutures anglaises partout, sauf au niveau des manches. L'encolure est finie au biais.

Pour éviter la galère de coudre un ourlet sur des manches étroites déjà montées, j'ai réalisé l'ourlet à l'avance. Mais ce modèle a une longueur de manches assez atypique, juste au-dessus du coude. A l'essayage, cela m'a paru un peu bizarre, du coup j'ai décidé de créer des petits revers surpiqués.

Voilà, je crois que je vous ai tout dit! Mais pour que vous visualisiez mieux, si cela vous intéresse, et à la demande de Nabel ;) voici quelques photos des finitions extérieures et intérieures.

coutures anglaises des basques:

biais à l'encolure:

revers:

basques sur l'endroit (peu de fronces):

les pinces sur l'envers:


J'ai prévu une version robe pour les beaux jours: il ne manque plus que l'arrivée des beaux jours!



Autant j'ai vu beaucoup de "Marthe" de République du Chiffon, autant j'ai aperçu assez peu de "Vagabonde" à basque sur les réseaux sociaux. Vous en pensez quoi? Est-ce que vous pourriez vous laisser tenter? 
Je trouve que c'est un modèle tout terrain, à la fois élégant et relax, selon la façon de le porter. Et vous, quelle est votre petit modèle de blouse qui va avec tout?




Si vous n'avez pas le temps d'écrire un mot, laissez-moi un petit coeur. 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Mais si vous avez le temps, je vous repondrai avec plaisir en commentaires!

Blouse Vagabonde Eglantine et Zoé


Hello

Vous n'avez pas pu passer à côté de ce mot, "méditation". 
Êtes-vous aussi curieuses que moi à ce propos ?
Alors c'est parti, voici quelques informations et conseils pour s'y mettre!

Des origines à aujourd'hui

La méditation est un rite ancestral en Asie, qui puise sa source dans le bouddhisme.
Cependant, elle a été adoptée et transformée au XXème siècle pour inventer une pratique adaptée aux occidentaux, laïque (mais qui peut s'adapter aux croyances des personnes qui pratiquent) en particulier par Jon Kabat-Zinn aux Etats-Unis avec sa technique de réduction du stress MBSR.



Pourquoi méditer ?

La méditation aurait des bénéfices à la fois sur la santé physique et mentale ; elle est utilisée dans un nombre croissant d'hôpitaux à travers le monde. Les études scientifiques et médicales se multiplient et étudient les bienfaits de cette habitude. Et depuis cette année, elle fait son entrée dans une faculté de médecine française : les étudiants de Strasbourg et les professionnels de santé à travers la France pourront passer un diplôme universitaire Médecine, Méditation et Neurosciences.
Il ne s'agit donc absolument pas d'une pratique de mystiques et d'illuminé(e)s !

Méditer de façon régulière diminuerait l'hypertension, améliorerait les fonctions cognitives et le sommeil, protégerait le système immunitaire, ralentirait le vieillissement des cellules du cerveau, préviendrait la dépression et augmenterait la résistance à la douleur.

Dans la vie de tous les jours, elle augmenterait la capacité de concentration, rendrait plus créatif et, entre autres choses, diminuerait le stress et l'anxiété.



Quel type de méditation choisir ?

Il existe différentes formes de méditation.
Selon les écoles et les lieux, on peut trouver des approches très traditionnelles et religieuses, des pratiques qui se focalisent sur la concentration, et enfin, la pratique qui m'intéresse, complètement laïque à nouveau, de « mindfulness », qui a été traduite en français par « pleine conscience » ou « pleine présence ».

En outre, les études ont montré que c'est bien cette forme de méditation qui favorise la créativité, et voilà un aspect qui me plaît !



Découvrir la méditation

Je pense que le mieux est de vous parler de ma propre expérience:)

Après avoir fait quelques recherches rapides, j'ai décidé de faire confiance à l'application renommée, Petit Bambou. C'est une application payante, mais elle offre 8 séances de découverte gratuites, d'une dizaine de minutes chacune. Il s'agit de méditations guidées.

Deux choses m'ont dérangé : tout d'abord, les vidéos sont initialement verrouillées et l'une ne devient accessible que lorsque la séance précédente a été réalisée. Cela se justifie par une découverte, un apprentissage progressif. Mais du coup, elles n'étaient pas toujours appropriées aux circonstances dans lesquelles j'ai essayé de méditer. Pour vous donner un exemple, la séance « Eveiller la curiosité des sens », dans laquelle j'étais sensée prêter attention aux sons m'environnant, est tombée un matin très tôt, quand il n'y avait absolument aucun bruit autour de moi (j'ai la chance d'habiter dans un endroit trèèèèèès tranquille). Au contraire, alors que j'étais assise dans le jardin en journée, entourée d'une grande variété de sons, j'étais supposée observer ma « météo intérieure ».
Et je n'avais pas toujours le temps de faire ce qui était demandé : par exemple, lors d'un scan mental, je n'en étais qu'au bras, alors que ma guide passait déjà à une autre instruction.
L'autre critique est à mon encontre : je ne savais pas vraiment en quoi consistait la méditation concrètement. Et lorsque mes pensées ne cessaient de vagabonder, de rebondir sur les mots, cela m'énervait encore plus ! J'ai eu beaucoup de difficultés à aller au bout des séances.

Alors j'ai recommencé mes recherches, et je suis tombée sur le blog de Mathilde (qui n'est plus en activité, mais c'est une mine d'information sur le yoga et la méditation), et elle disait beaucoup de bien de ce livre : La méditation c'est malin, de Marie Laurence Cattoire. Je l'ai donc téléchargé sur ma kindle, et je ne le regrette pas ! Je vous le conseille vraiment.
Il s'agit d'un guide pratique, extrêmement facile d'accès, et très concret.



Elle revient sur les idées reçues sur la méditation, et ça ne fait pas de mal.
La méditation n'est pas de la relaxation, ni une intériorisation, ce n'est pas une expérience mystique hallucinatoire, on ne cherche pas à s'isoler. Au contraire, il s'agir de s'ouvrir à l'extérieur, au monde, de revenir à l'instant présent. Il ne s'agit pas de devenir un pur esprit, mais bien au contraire d'investir son corps, de cesser de dissocier corps et esprit.
Et surtout, il ne s'agit absolument pas de faire le vide dans sa tête, ce qui est d'ailleurs quasiment impossible, et non souhaitable, mais un état d'observation.
« La méditation ne consiste pas à ne plus avoir de pensées, mais à les regarder sans s'y attacher . »
L'état qu'elle décrit me fait penser à mes cours de danse classique. Des exercices à la barre, où on se laisse guider par le piano et les instructions du prof, quand on connaît l'exercice par coeur, et que l'on peut s'attacher à chaque mouvement, chaque geste du pied, port de bras, cet instant où on habite réellement son corps... peut-être que j'ai déjà médité sans le savoir?

Elle donne également des conseils pour vivre la méditation dans la vie quotidienne, mais ce qui m'a le plus intéressé, c'est la partie sur la pratique concrète.



Commencer à méditer

➵Décider de la durée de la séance et s'y tenir. 

Adopter la posture appropriée : en tailleur, le flanc des pieds sur le sol, mains sur les cuisses, le dos et la tête droite, les yeux ouverts mi clos, le regard posé environ 1,50m devant soi.

Observer sa respiration, l'air qui nous traverse, le mouvement d'inspiration d'expiration dans notre corps.

Lorsque les pensées nous emportent, s'en rendre compte, les imaginer comme des nuages ou des bulles qui flottent, et revenir au corps en se disant «bonjour » par exemple.

Prêter attention à nos sens, être son corps, travailler avec son esprit en faisant la différence entre la présence et le bavardage mental. Être dans le présent.


Marie-Laurence Cattoire conseille de faire une séance par jour pendant 10 jours, de s'y tenir, et de noter ses observations à posteriori.

L'auteure conseille également de se créer un espace dédié à la méditation, et conseille l'usage d'un coussin de méditation (appelé zafu). En effet, cela permet de surélever le bassin, d'avoir le dos bien droit et d'être dans une position d'ouverture (et pas le dos arrondi, la mine basse centrée sur l'intérieur). Faites comme moi, asseyez-vous sur un dictionnaire pour voir la différence ! Il existe différentes hauteurs de coussins en fonction de votre taille et de votre souplesse.



Je viens juste de commencer, et je dois dire que j'arrive bien plus à lâcher prise qu'avec Petit Bambou, même si je reconnais que ces séances guidées m'ont donné quelques pistes. Je reviendrai sans doute à celles-ci quand j'aurai un peu expérimenté par moi-même. Et mon espace est en cours de création.

J'ai téléchargé l'application Quiet Mind pour chronométrer mes séances. Il s'agit d'une application basique, toute simple, avec un minuteur et un gong un peu plus agréable que le bip strident d'une alarme.

Je reviendrai donc vous dire comment cela évolue !


Et vous, est-ce-que vous méditez ? Comment avez-vous commencé ? Avez-vous des conseils à partager ?

Sinon, seriez-vous intéressé(e) par cette pratique ?

Si vous n'avez pas le temps d'écrire un mot, laissez-moi un petit coeur. 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Mais si vous avez le temps, je vous repondrai avec plaisir en commentaires!

(Vous pouvez retrouver plein de conseils dans le dossier "Méditation, sophrologie, yoga: à la recherche du bien-être" sur Hellocoton, où figure aussi cet article ;) )

Conseils pour bien commencer la méditation



Hello


Je vous retrouve en cette fin de semaine pour parler couture !

Après la robe Galipette, il était évident que je devais absolument réaliser la blouse. Je ne vous redirai pas tout le bien que je pense de ce patron (Galipette d'Eglantine et Zoé) vous pouvez tout lire ici.

Après la version robe, à décolleté profond dans le dos, j'ai voulu tester les autres possibilités de ce patron : la blouse, avec une encolure normale. Il offre deux options pour le dos : long et arrondi ou longueur « standard ». J'avais initialement prévu la version arrondie, mais elle s'est révélée trop longue et basse sur ma petite silhouette (je n'avais pas anticipé en modifiant le patron), donc j'ai finalement opté pour une longueur standard après essayage en cours de route.



La version robe m'a un peu servi de toile, et j'ai retracé le patron tout en 36. Mais ma fainéantise a failli m'être fatale : je n'avais pas repassé cette jolie crêpe (relativement épaisse) avant de couper, et je me suis aperçue qu'elle avait tendance à s'étendre après repassage. Etant donné la coupe large de ce modèle, cela ne pose pas de souci, mais je vais retenir la leçon pour une prochaine fois. Les pinces poitrine tombent malgré tout parfaitement.

Pour ne pas risquer de perdre un œil avec une aiguille qui casse, j'ai utilisé une aiguille à jeans.
L'encolure est finie au biais, et pour les ourlets, j'ai surfilé et retourné le tissu une seule fois pour ne pas avoir de sur-épaisseur, pour l'instant je n'ai pas de problème : il ne s'effiloche pas.
L'embu des manches me pose toujours souci, et j'ai résolu le problème avec des petites plis aux épaules, mais je ne suis pas totalement satisfaite, c'est vraiment là que je vois mon manque de technique...







Un grand merci à mes copines Amandine et Mélanie pour les photos et cette chouette journée à Clermont-Ferrand qui nous a rappelé nos études ! Même si on y retourne très régulièrement (voire tous les jours pour l'une d'entre nous;) ), j'ai l'impression de découvrir à chaque fois de nouveaux bâtiments, nouveaux magasins, nouveaux restaurants...
Mais il s'agit d'une super ville, vivante, et entourée de verdure, alors n'ayez pas peur de venir y faire un petit tour à l'occasion;)


Est-ce que vous avez déjà cousu ce patron ?

Et sinon... êtes-vous déjà venu(e) faire un petit tour en Auvergne ?


Si vous n'avez pas le temps d'écrire un mot, laissez-moi un petit coeur. 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Mais si vous avez le temps, je vous repondrai avec plaisir en commentaires!

Blouse Galipette Eglantine et Zoé